Le Do In

D’après le dictionnaire japonais, le dô-in, qui tire son origine de la médecine chinoise, est une méthode de santé (« de longue vie ») qui consiste à effectuer des techniques d’Amma (pressions et mobilisations : DÔ) sur soi-même tout en faisant des respirations profondes « pour faire entrer de l’air frais dans le corps » : IN.

Le do-in est une technique d’automassage d’origine chinoise, utilisant des techniques de digitopression pour favoriser la circulation de l’énergie, le Qi.

Les exercices de Do-in visent donc à stimuler les grandes fonctions du corps : la respiration, la circulation,

la digestion, le système nerveux et l’énergie.

Il s’inscrit dans le domaine de la prévention et du bien-être-santé et est un excellent complément au Shiatsu.

Comment pratique-t-on le massage do-in ?

Idéalement, le massage do-in se pratique le matin pour redynamiser son corps après une nuit de sommeil.

Cependant, il peut servir à tout moment de la journée à dénouer des tensions musculaires liées à des

mauvaises postures au travail ou au stress. Il ne nécessite en effet ni matériel ni lieu particulier pour sa

pratique.

Dans tous les cas, les praticiens recommandent la pratique du do-in en position assise. Au Japon, la posture

traditionnelle est le seiza, ce qui revient à s’asseoir sur ses talons, mais une chaise confortable fait aussi

l’affaire.

La durée d’un massage do-in est très variable : courte si l’on veut agir directement sur une douleur et

un point précis, longue si l’on souhaite obtenir des résultats durables. Ce qui compte ? Etre régulier dans la

pratique.

Telle une gymnastique matinale, le do-in suit un schéma d’exécution bien déterminé qui suit les points le

long des méridiens. Afin d’acquérir le bon geste, il est essentiel de se référer à un praticien compétent ou

de s’appuyer sur une bibliographie rigoureuse.

 

Le Do-In aide à prévenir et à rétablir les dysfonctionnements de l’organisme liés à une mauvaise circulation

de l’énergie corporelle.

Cette technique est basée sur le concept des méridiens d’acupuncture.

Les Chinois considèrent que le do-in est l’art de vivre en harmonie avec soi-même. S’automasser

permettrait de faire circuler cette énergie vitale, le Qi, de manière diffuse dans le corps, afin de le

revitaliser, de le préserver de la maladie et de la vieillesse.

Selon les techniques utilisées pour se masser, le do-in relaxe les parties du corps mises en tension tout au

long de la journée, libère le corps de ses blocages et participe à l’élimination des toxines.

Il sert alors à soulager plusieurs types de douleurs, notamment liées à l’arthrose, aux rhumatismes ou

aux maux du dos et du cou.

Les bienfaits :

  • aide à faire circuler l’énergie dans le corps et à la renforcer (autorégulation),

  • assouplit le corps,

  • optimise les fonctions de l’organisme,

  • aide à entretenir, son bien-être, sa santé et sa vitalité,

  • contribue à trouver la détente et le calme intérieur

Comment se déroule un automassage do-in ?

Le seiza : la première étape du massage do-in consiste à s’installer confortablement dans la position qui

vous convient le mieux, le seiza (sur les talons selon la posture traditionnelle japonaise) si possible. Vous

pourrez changer de position au cours de l’exercice si vous sentez que vous n’êtes pas à l’aise. Débarrassez-

vous de tout ce qui pourrait entraver la pratique (bijoux, etc.).

La salutation : posez les paumes de vos mains sur vos cuisses ; dans le prolongement de votre cuisse

gauche, faites glisser votre main gauche au sol, idem avec votre main droite. Joignez vos pouces et vos

index pour former un cœur, abaissez votre buste en expirant jusqu’à atteindre vos mains. Cet exercice

permet de vider complètement ses poumons, puis de se redresser en inspirant pleinement.

L’enchaînement : après avoir échauffé les mains, les poignets et les bras, le massage do-in s’effectue

dans le sens suivant : crâne, visage, oreilles, nuque, épaules, zone ingrate entre les omoplates, poitrine

(respiration), taille, pieds, jambes, bassin, reins, dos, ventre.

Les pressions : à l’aide de ses doigts, de sa main ou de son poing, le praticien stimule des points

déterminants dans la circulation du Qi. Pressions, pincement, martèlement, frictions, massage doux…il

existe toute une palette de gestes. Plus vous serez fatigué, plus les manipulations et les pressions seront

légères.

Lorsqu’un point est douloureux, l’énergie y est stagnante. Il faut donc la disperser doucement en massant le

point dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Si, au contraire, l’énergie est manquante, il faut

stimuler le point par des pressions plus fortes, sans les prolonger plus de trois minutes.

Le praticien en do-in pourra vous enseigner plusieurs techniques que vous pourrez reproduire en toutes

circonstances chez vous ou en déplacement.

Contre-indications à l’automassage do-in

Il n’existe aucune contre-indication à la pratique de l’automassage do-in. Cependant, comme en acupuncture, il est préférable d’éviter les pressions autour du ventre chez les femmes enceintes.

Le do-in est également déconseillé en cas de fièvre élevée, d’hémorragie, d’hémophilie, de maladie contagieuse, de maladie de la peau ou sur des cicatrices récentes.


 

La pratique du Do-In n’a, en aucun cas, de prétention médicale ou paramédicale.
Elle apporte une aide et un accompagnement, mais ne se substitue, en aucune façon, à un quelconque acte médical.